De nouveaux droits pour les criminels : les policiers rendent leur habilitation d’opj

Les policiers sont de plus en plus en colère. Et pour cause ! Depuis la mi-novembre, la loi du 3 juin 2016 destinée à renforcer la lutte contre le crime organisé et le terrorisme est entrée en application. En créant de nouveaux droits pour les personnes mises en cause, elle alourdit le travail des enquêteurs au lieu de l’alléger.

Ainsi, un individu placé en garde à vue peut désormais s’entretenir avec un tiers par écrit, par téléphone ou lors d’un entretien d’une demi-heure maximum. Par ailleurs la présence d’un avocat devient obligatoire pour la reconstitution d’une infraction et lors de la présentation du suspect à une victime ou à un témoin.

Pour les policiers, trop c’est trop ! Cet alourdissement de la procédure les oblige à prendre contact avec les avocats, à organiser les rendez-vous et à multiplier ainsi les procès-verbaux. « C’est du temps qu’on ne passe pas à faire des auditions et pendant ce temps les victimes attendent » souligne un enquêteur. Comme lui, ils sont des centaines à demander au procureur de la République le retrait de leur habilitation d’officier de police judiciaire. Du jamais vu en France !

Le mouvement de grogne parti de Montpellier a gagné tout le Sud-ouest et touche désormais des villes comme Lyon et Versailles. « Tous les syndicats soutiennent ce mouvement qui, à court terme peut bloquer la machine et les enquêtes judiciaires » explique à l’AFP Patrice Ribeiro, secrétaire général de Synergie officiers, deuxième syndicat d’officiers de police.

Indulgence coupable

Dans une lettre adressée au président de la République, le syndicat France Police dénonce ces nouveaux droits accordés aux criminels « qui entravent la manifestation de la vérité et alourdissent considérablement la procédure pénale pour les services enquêteurs ». Une indulgence coupable à l’égard des truands, voire des terroristes, imposée par la législation européenne que refusent les policiers. « En accordant toujours plus de droits aux mis en cause au détriment des moyens d’enquête indispensables à la manifestation de la vérité, c’est la sécurité des Français que vous sacrifiez sur l’autel d’une idéologie mortifère pour notre nation, celle qui consiste à protéger toujours plus les auteurs de crimes et de délits » s’insurge France Police qui demande au chef de l’Etat de retirer ces dispositions d’une loi destinée, rappelons-le, à lutter contre le crime organisé et le terrorisme.

Le mouvement de colère des policiers qui a débuté le 8 octobre, au lendemain de la tentative de meurtre dont ont été victimes des gardiens de la paix, grièvement brûlés à Viry-Chatillon, n’est pas prés de s’éteindre. Même si la presse en parle peu des rassemblements ont régulièrement lieu dans différentes villes de France. Une manifestation nationale est prévue pour le 13 décembre.

2 comments on “De nouveaux droits pour les criminels : les policiers rendent leur habilitation d’opj

Les commentaires sont clos