La pandémie du Covid 19 n’empêche pas le fanatisme islamique de prospérer

Le Coronavirus ne s’arrête pas aux frontières. Le virus islamique non plus. D’autant qu’on n’a rien fait pour les empêcher de s’installer en France.

Si l’on a cherché et (apparemment) trouvé le vaccin pour se prémunir du Covid-19, rien n’a été fait pour éradiquer cet autre péril mortel qui menace au-delà de nos vies, notre société, notre culture, notre civilisation même. Tout se passe comme si nos gouvernants n’avaient pas pris la menace du fanatisme islamique au sérieux.

Et pourtant le péril est bien réel et il peut se constater tous les jours, en dépit des efforts des médias pour le nier ou le minimiser. Tout le monde connait le syndrome de la grenouille dans la marmite. Si l’on plonge subitement une grenouille dans une eau à 50°C elle s’échappe d’un bond. Mais si on la met dans l’eau froide et qu’on chauffe très progressivement la marmite la grenouille s’habitue à l’élévation de la température jusqu’à finir ébouillantée.

Nous en sommes là précisément avec l’islam politique qui s’est installé peu à peu dans notre société bénéficiant de la passivité (quand ce n’est pas de la complicité) d’une partie de la classe politique et des élites intellectuelles de notre pays. Depuis au moins quatre décennies nous avons assisté à une lente et fatale dérive qui a poussé les musulmans a revendiquer et à obtenir toujours plus de droits, de passe-droits et d’avantages de tous ordres.

Au lieu d’accepter les lois et les valeurs de la France qui les a généreusement accueillis, ils veulent nous imposer des mœurs et des coutumes d’un autre âge. Tous les efforts déployés par les pouvoirs publics pour les intégrer ont échoués. Au contraire ils se sont servis de nos lois et de nos institutions pour les retourner contre nous. Et aujourd’hui, nous assistons avec l’insouciance de la grenouille qui constate l’élévation de la température à la dégradation progressive de notre environnement gagné par la violence et l’insécurité.

Qui aurait imaginé qu’en l’an de grâce 2020, dans notre beau pays, on tue par décapitation un professeur d’histoire qui avait défendu en classe la liberté d’expression ? Qui aurait imaginé que moins de trois mois après ce crime abject une enquête de l’IFOP révèle qu’un professeur du secondaire sur deux (49%) reconnaisse qu’il s’autocensure dés lors qu’il aborde en cours la question des religions et de la laïcité ? Qui aurait imaginé qu’il faille en France mettre sous protection policière 24h sur 24 Mila, une jeune fille de 17 ans, menacée de mort pour avoir osé critiquer l’islam sur les réseaux sociaux ? Qui aurait imaginé qu’un président de la République puisse envisager tranquillement un partage du pays alors qu’il est « le garant de l’indépendance nationale et de l’intégrité du territoire national » (article 5 de la constitution).

Nous faire taire

Les islamistes sèment la terreur en France dans le but de nous faire taire. Les gouvernements successifs de gauche, comme de droite, auraient dû prendre depuis longtemps des mesures pour éviter d’en arriver là. La première étant, bien sûr, de contrôler nos frontières terrestres et maritimes pour dissuader les clandestins du monde entier de venir s’installer chez nous. Ensuite que les pays européens, notamment ceux du bassin méditerranéen, s’entendent pour interdire leurs ports aux bateaux transportant des cargaisons de migrants avec la menace d’amendes dissuasives.

La grenouille est-elle cuite ? Est-il déjà trop tard ? La gravité de la situation impose de prendre des mesures d’urgence d’une grande fermeté. Pas des demi-mesures. Mieux vaut tard que jamais, le projet de loi dit « contre le séparatisme » qui vient en discussion au parlement a le mérite de mieux encadrer l’exercice du culte musulman et de sanctionner des pratiques contraires à nos principes qu’il s’agisse des mariages forcés, de la protection des agents des services publics, et notamment du personnel hospitalier, face aux menaces, violences et intimidations des fanatiques de l’islam, ou encore de la mise en danger de la vie d’autrui par des incitations à la violence via les réseaux sociaux.

Texte de loi qui sera complété par la « charte des principes de l’islam » élaboré en liaison avec le CFCM (conseil français du culte musulman) qui reconnaît le principe de l’égalité « homme-femme », le droit à la liberté de conscience, ainsi que le droit de changer de religion. Mais trois fédérations du CFCM ne sont pas d’accord avec ce texte et refusent de le signer en l’état. Le gouvernement va-t-il accepter de modifier le document ? Parviendra-t-il à convaincre les récalcitrants ou passera-t-il outre cette opposition des islamistes ? Sa crédibilité en dépend s’il veut vraiment faire entrer l’islam dans le moule de la République !

Etat d’urgence patriotique

Il faut que la question du combat contre l’islam politique devienne une priorité nationale comme la lutte contre le Covid 19. Après l’état d’urgence sanitaire il faut décréter un état d’urgence patriotique. Car la Patrie est aujourd’hui en danger de mort. L’ennemi n’est plus seulement à l’extérieur mais à l’intérieur et il bénéficie de soutiens actifs avec des collabos comme Edwy Plenel et son site Médiapart qui, selon le Point (21 janvier 2021), a publié le nom d’une professeure de droit à la fac d’Aix-Marseille qui, le 27 octobre dernier, soit onze jours après l’assassinat de Samuel Paty, avait déclaré lors d’un cours : « L’islam ne reconnait pas la liberté de conscience. C’est quand même terrifiant ». Elle avait aussi évoqué « des religions sexuellement transmissibles », propos qui lui ont valu de recevoir des menaces de mort, suite à quoi elle a été placée sous surveillance policière.

Comment comprendre encore que l’adjointe au Défenseur des droits, George Pau-Langevin, ancienne secrétaire d’Etat socialiste, puisse justifier le port du burkini au motif que « l’interdiction du burkini au sein de la base de loisirs est susceptible de constituer une discrimination ». Et ce sur plainte du CCIF (comité contre l’islamophobie en France), association islamiste aujourd’hui dissoute. On croit rêver !

La droite nationale à la recherche de son candidat pour 2022

C’est dans dix-huit mois qu’aura lieu l’élection présidentielle et les patriotes cherchent toujours leur porte-drapeau.

Faut-il se résoudre à la réélection de Macron pour un nouveau quinquennat ? La question se doit d’être posée face au vide abyssal de la scène politique. L’actuel hôte de l’Elysée peut dormir sur ses deux oreilles, personne n’est aujourd’hui en mesure de le menacer sérieusement. Et sûrement pas Marine Le Pen qu’il rêve d’affronter au second tour tant il est persuadé qu’il pourra la battre facilement.  … Lire la suite 

Et l’Assemblée nationale décida un nouveau massacre des innocents

L’assemblée nationale a voté en catimini le 1er août une disposition permettant de procéder à un avortement jusqu’au 9e mois de grossesse.

Oui vous avez bien lu. Il sera possible pour une femme d’avoir recours à une IVG (interruption volontaire de grossesse), autrement dit un avortement, jusqu’à l’extrême limite de sa grossesse, juste avant d’accoucher. Pour cela il lui suffira d’expliquer qu’elle se trouve en état de « détresse psychosociale ». Une notion floue, totalement invérifiable médicalement parlant.  … Lire la suite 

Vers l’effondrement du système

Sommes-nous encore en démocratie ? La question peut paraitre surprenante pour certains de nos lecteurs. Pourtant, à y regarder de près à quoi assiste-t-on aujourd’hui ? Des règlements de comptes entre communautés ethniques à Dijon. Des agressions violentes et des vols commis dans le très chic 16e arrondissement de Paris par des mineurs étrangers. Des manifestations de milliers de personnes, noires dans leur grande majorité, qui dénoncent « le racisme et les violences policières » en réaction à la mort en 2016 d’un jeune malfaiteur d’origine malienne. Des individus qui, au nom de l’antiracisme, dégradent des statues de nos grands hommes jusque devant l’Assemblée nationale. Des écologistes qui mènent une action coup de poing en escaladant les grilles du ministère de l’Intérieur pour s’y enchaîner. Rien que ça !  … Lire la suite 

Elle est où l’Europe qui protège ?

Pour les partisans d’une Europe sans frontières la crise du Coronavirus marque la fin des illusions. « Une Europe qui nous protège ». C’était encore en mars 2019 le maître-mot de Macron. A quelques semaines des élections européennes, dans une lettre aux citoyens européens publiée dans plusieurs quotidiens, le président de la République vantait les mérites de cette Europe protectrice. Comme il l’avait fait dix jours plus tôt au Salon de l’Agriculture devant les jeunes agriculteurs. L’Europe était la panacée, le remède miracle qui devait nous protéger contre toutes les menaces qu’elles soient climatiques, économiques, sociales, politiques etc.. etc..  … Lire la suite