La région Alsace encourage un projet éducatif… en Algérie

Les élus régionaux alsaciens ont décidé de se serrer la ceinture. Ils veulent réduire leurs indemnités de 20 à 30%. C’est du moins ce qui sera proposé par les élus de droite lors de la séance d’ouverture de la session du conseil régional du Grand Est le 4 janvier prochain. Effet de la campagne électorale ? ils en ont entendu des vertes et des pas mures sur les marchés ou dans les bistrots. Le poids de l’impôt, l’augmentation des taxes, la question revenait trés souvent dans les conversations avec les électeurs-contribuables mécontents. Des électeurs qui avaient d’ailleurs placé le frontiste Florian Philippot en tête du premier tour. Un avertissement qui a eu pour effet de faire réfléchir les élus sur les économies possibles en cette période de crise !

Il est vrai que le conseil régional d’Alsace a fait montre d’une belle générosité en décernant voici quelques jours et pour la troisième année consécutive, les trophées « Alsace, terre de jeunes talents » à cinq moins de 30 ans qui se sont fait remarquer dans le domaine du sport, de la musique, de l’entrepreneuriat et de l’éducation. Un trophée accompagné d’un chèque d’un montant de 3 500 euros destiné à mener à bien leur projet. Une intention louable, après tout, mais qui peut, parfois, dévier de son but initial.

Financer l’achat de 243 cartables

Ainsi, Camélia Belmir, une jeune Mulhousienne de 25 ans, a-t-elle été désignée par le jury, « composé de personnalités alsaciennes emblématiques » nous dit-on, comme lauréate pour ses projets en faveur de l’éducation… en Algérie. Directrice d’un centre d’accueil de loisirs, cette jeune franco-algérienne a frappé à de nombreuses portes – notamment la ville de Mulhouse et la Caf – pour réunir la somme de 2 865 euros destinés à financer l’achat de 243 cartables, remplis de fournitures scolaires, pour les enfants d’Azzaba (ex-Jemmapes), une ville du Constantinois dont sont originaires ses parents aujourd’hui décédés.

L’idée de ce projet lui est venue en septembre 2013 lors d’un séjour en Algérie où elle a été, dit-elle, bouleversée de voir des enfants quémander des fournitures scolaires. « Ils demandaient des stylos, des cahiers. En Algérie beaucoup de familles manquent de moyens pour l’éducation de leurs enfants. L’allocation de rentrée scolaire n’existe pas là-bas !» a-t-elle déclaré aux Dernières nouvelles d’Alsace. Dans la foulée et devant le succès obtenu par cette première opération elle a lancé en septembre 2015 un deuxième projet plus ambitieux, à savoir aménager une salle informatique, avec ordinateurs, imprimantes et mobilier dans un orphelinat de cette même ville de l’est algérien pour lequel il lui faudra réunir 16 700 euros. Nul doute que le chèque de 3 500 euros du conseil régional d’Alsace sera pour elle le bienvenu. Mais l’argent des contribuables alsaciens doit-il financer des projets en Algérie comme dans un autre pays étranger ? La question se doit d’être posée.

La très grande mosquée de Strasbourg


Certes la somme de 3 500 euros peut paraître dérisoire en comparaison du budget du conseil régional d’Alsace… Une collectivité territoriale dirigée par la droite qui n’a pas hésité à participer au financement de la très grande mosquée de Strasbourg. L’édifice surmonté d’une coupole en cuivre a été payé à hauteur de 1,5 million d’euros par les collectivités locales dont 682 522 euros pour le seul conseil régional d’Alsace. A noter que cette même assemblée a opposé un refus au conseil de fabrique de l’église Notre-Dame de la Paix à Saint-Louis qui lui demandait une aide financière pour la restauration intérieure de l’édifice. « Ce type d’intervention ne peut être pris en compte au titre des critères que s’est fixé le conseil régional en matière de conservation et de renouvellement du patrimoine » ont répondu les services de la Région. Un message on ne peut plus clair ! Mieux vaut aider à la construction d’une mosquée qu’à la restauration d’une église. Deux poids deux mesures ! Un choix communautariste qui risque de ne pas être du goût de tout le monde sur ces vieilles terres chrétiennes d’Alsace !