Les Français sont-ils prêts à suivre l’exemple des Américains ?

Tout le monde veut du changement en France. Hollande en avait même fait son slogan de campagne. Le changement annoncé se fait, pourtant, toujours attendre. Jusqu’à quand ?

Un sondage réalisé après le succès historique de Donald Trump aux Etats-Unis révèle que 76 % des Français seraient, parait-il, mécontents de l’élection du magnat de l’immobilier. On reste dubitatif devant ce constat qui, s’il se confirmait, n’augurerait rien de bon pour l’élection présidentielle qui aura lieu dans quelques mois.

En confiant le pouvoir suprême à un homme qui n’était pas du sérail et qui ne devait politiquement rien à personne, et surtout pas aux dirigeants du parti Républicain, les Américains ont signifié d’une manière éclatante leur volonté d’en finir avec une classe politique totalement discréditée.

Face à la représentante d’un système décadent, les électeurs ont choisi de porter à la tête de la première puissance mondiale un businessman fier de sa réussite dans les affaires. Magistrale leçon qui démontre que l’histoire n’est jamais écrite d’avance et qu’un homme seul face à la toute puissance de « l’establishment » est capable, en dépit de tous les sondages, de toutes les prévisions et de tous les commentaires sarcastiques, de changer le cours du destin.

Profond malaise démocratique

Une rupture historique qui devrait redonner de l’espoir aux Français dont la défiance très forte à l’égard des partis politiques et de leurs dirigeants se mesure à chaque enquête d’opinion. Rejet des partis politiques, du gouvernement, des députés. On pourrait croire que les Français ne s’intéressent pas à la politique. Grossière erreur ! Ils seraient même, parait-il, le peuple le plus politisé d’Europe. Il suffit d’ailleurs de voir l’intérêt que suscitent les émissions politiques à la télévision!

En réalité la France souffre d’un profond malaise démocratique. Les citoyens estiment qu’ils ne sont pas écoutés par les élites, « la France d’en-haut ». Il existe une coupure de plus en plus profonde au fil des années et des enquêtes d’opinion entre les Français et les élus. A tel point que la dernière enquête annuelle du Cevipof* (décembre 2015) indiquait que 47 % des sondés souhaitaient voir à la tête du pays  « un homme fort » qui ne se préoccuperait « ni du parlement, ni des élus ». Un chef respecté se situant en dehors des partis en somme.

Ce rêve partagé en France par prés de la moitié des électeurs interrogés vient de se réaliser aux Etats-Unis. Si l’on veut sortir notre pays du marasme actuel et le débarrasser de sa caste politique vendue aux émirs du Qatar et à la mondialisation il nous faudra emboîter le pas aux américains. Mais les Français sont-ils prêts à un pareil bouleversement politique? Rien n’est moins sûr !

* Le cevipof est le centre de recherches politiques de Sciences Po.