Macron candidat de l’anti-France!

Incapable, cynique, incompétent, ignorant, gaffeur, machiavélique, voire menteur. On ne sait plus vraiment quel(s) qualificatif(s) il convient d’accoler au nom de Macron. Une seule chose est sûre : l’homme est trop imprévisible pour qu’on puisse lui confier les clefs de notre pays.

Dernière en date de ses « fantaisies », le candidat d’En marche à reçu le 31 mars à son QG de campagne la famille de Shaoyao Lin, le forcené Chinois abattu quelques jours plus tôt par la BAC. Une rencontre en toute discrétion à laquelle assistaient les représentants d’une vingtaine d’associations chinoises.

Or, le Parisien nous apprend que parmi les visiteurs se trouvait un certain Jacques Sun, président du CRAAF (comité représentatif des associations asiatiques de France), un personnage bien connu de la DGSI pour être l’homme de Pékin en France. Un agent d’influence qui rend immédiatement compte de ses entretiens aux autorités chinoises.

De quoi inquiéter nos services du contre-espionnage qui s’étonnent de cette démarche du candidat à l’élection présidentielle rendue publique, photo à l’appui, par des journalistes chinois qui assistaient à la rencontre.

On tremble, en effet, à l’idée de savoir ce que l’imprévisible Macron a pu dire à ses interlocuteurs. A-t-il fait repentance après la mort du ressortissant Chinois comme il l’avait fait en Algérie en parlant de « crimes contre l’humanité » à propos de la colonisation de l’Algérie ?

On est en droit de se poser la question quand on découvre l’impertinence un tantinet provocatrice- c’est le moins qu’on puisse dire- dans la réponse que fait l’entourage du candidat au Parisien. « On était au courant, assure-t-il. Mais on n’a pas à se prononcer sur les controverses qui entourent ce personnage. Il représente une communauté. Il porte une voix et représente quelque chose». Et d’insister : « On ne peut pas renoncer à écouter cette communauté sous prétexte que celui qui la représente est l’objet de soupçons ».

Des propos qui illustrent le cynisme assumé du candidat de l’oligarchie mondialiste. S’affranchir de toute limite. Braver les interdits. Ne pas hésiter à jouer contre son camp si cela peut servir ses intérêts. On savait que Macron n’avait pas la fibre patriotique. On sait désormais que son ambition dévorante est sa seule ligne de conduite.

Hollande s’était rendu au chevet de Théo blessé lors d’un contrôle de police à Aulnay-sous-Bois. Macron reçoit la famille du forcené Chinois. L’élève a dépassé le maître. Dans l’un et l’autre cas, c’est la police française qui est montrée du doigt. Et qui doit faire face à des émeutes quotidiennes ! Il est temps que l’autorité de l’Etat soit restaurée et que la France se fasse respecter chez elle par les minorités ethniques.

Non, décidément, on ne peut pas confier la responsabilité des affaires du pays à cet olibrius !