Sauver notre patrimoine : c’est une priorité pour le gouvernement  !

De l’humble chapelle rurale aux majestueux châteaux de la Loire, la France possède un exceptionnel patrimoine culturel. Nous avons le devoir d’entretenir cet inestimable trésor venu du passé dont nous pouvons légitimement être fiers.

Il suffit de traverser la France par le chemin des écoliers pour découvrir ce que nos ancêtres nous ont légué au fil des siècles. Ici une église romane, là une halle en bois du Moyen-âge. Là-bas les ruines d’un château. Un patrimoine culturel qui malgré les injures du temps, les guerres et, aussi parfois, la bêtise des hommes, raconte une histoire. Celle des habitants de ces contrées.

En France, d’après le ministère de la Culture, 44 000 monuments sont inscrits ou classés. Un chiffre qui est bien loin de représenter la richesse et la diversité du patrimoine de notre pays qui compte plus de 10 000 châteaux et prés de 45 000 églises paroissiales auxquelles il faut ajouter des chapelles privées.

Le patrimoine culturel de notre pays ne s’inscrit pas seulement dans les monuments et les vieilles pierres, il est aussi vivant dans les œuvres d’art innombrables, tableaux et sculptures des musées, ainsi que dans les livres rares et précieux, parfois uniques, éparpillés dans des milliers de bibliothèques grandes ou petites.

Ce trésor culturel hérité de notre passé a bien besoin d’être entretenu et restauré afin de pouvoir être transmis aux générations futures. Or, le ministère de la culture ne dispose en tout et pour tout que de 326 millions d’euros pour ses opérations de restauration. Un budget en augmentation de 5% cette année, souligne la ministre Françoise Nyssen en précisant que ce budget est sanctuarisé sur le quinquennat.

Trois fois le budget du patrimoine

Pas de quoi pavoiser pourtant si on le compare à celui consacré à l’AME (aide médicale d’Etat) qui prend en charge les frais de santé des étrangers en situation irrégulière. Il était de 815 millions en 2017. Le projet de loi de Finances pour 2018 prévoit de le porter à 910 millions. Soit une augmentation de 13%. On peut parier, sans risque de se tromper qu’il atteindra le milliard l’année prochaine avec l’arrivée de nouveaux migrants. Trois fois le budget du patrimoine ! Un vrai tonneau des Danaïdes !

Et ce n’est pas le « loto du patrimoine » qui va changer la donne. Annoncé à grands coups de trompette ce tirage spécial du Loto prévu pour le 14 septembre avec la mise en vente dés le 3 septembre au prix de 15 euros de tickets de grattage représentant les 18 monuments sélectionnés cette année ne devrait rapporter que de 15 à 20 millions selon les estimations de la Française des Jeux. Une paille quand on sait que le coût de la moindre restauration d’un monument classé se chiffre par millions !

Cette opération de communication, habilement confiée à Stéphane Bern, même si elle est reconduite chaque année, ne sera, tout au plus qu’un pis-aller. Emmanuel Macron qui va consacrer sa journée de jeudi au patrimoine en se rendant au château de Voltaire à Ferney tout juste restauré, avant de recevoir à l’Elysée les 270 heureux candidats sélectionnés pour bénéficier du loto du patrimoine, sait combien les Français sont attachés à leur patrimoine. L’Etat a beaucoup compté sur le mécénat pour sauver les monuments en péril. Il peut aussi faire appel à la générosité publique. Pourquoi ne pas organiser des manifestations genre Téléthon qui généreraient d’importantes ressources financières? La sauvegarde du patrimoine mérite de devenir une grande cause nationale !