SNCF : Quand les water sont… closed

Attention aux mauvaises surprises quand vous prenez le train ! Entendons-nous bien, il n’est pas question, ici, de la rupture d’une caténaire ou de la panne d’une motrice qui va immobiliser votre TGV pendant des heures en rase campagne, mais plus prosaïquement d’un besoin urgent… que vous ne pouvez pas satisfaire.

Et c’est là que les choses se gâtent comme j’ai pu le constater le week-end dernier dans le TGV qui remontait du Midi vers Paris. De mon siège j’avais bien observé des allées et venues de passagers qui se rendaient aux toilettes. Ils en ressortaient sitôt après y être entrés. Un curieux et inquiétant manège ! Un contrôleur fut appelé à l’aide. Il constata par lui-même que les WC étaient bouchés et bien bouchés. A tel point que le cheminot décida de les fermer. Lorsque, quelques instants plus tard, je fus pris à mon tour d’une envie pressante, je découvrais une étiquette autocollante d’un rouge vif « Toilettes inutilisables » apposée sur la porte.

Je montais aussitôt à l’étage supérieur. Une affichette « Toilettes hors service » m’y attendais. Inimaginable ! Impensable ! Ne pas pouvoir utiliser les cabinets, pendant toute la durée d’un voyage, dans un train bondé de voyageurs. La SNCF prend vraiment ses passagers pour du bétail !

La perspective du soulagement

Je n’étais pourtant pas au bout de mes surprises ! Arrivé gare de Lyon je prenais la direction de la gare Montparnasse où je savais trouver des toilettes. Des toilettes certes payantes, à 0,70 euro- rien n’est gratuit à la sncf- mais l’urgence devenait telle que seule comptait désormais la perspective du soulagement… Un espoir malheureusement déçu car une palissade entourait l’emplacement de ce qu’on appelle des lieux d’aisances. Une petite affichette annonçait : « Toilettes en travaux ». J’avais la rage ! Depuis quand étaient-elles indisponibles ? Quand rouvriraient-elles ? Ces questions me traversaient l’esprit tandis que j’errais dans un couloir à la recherche d’un improbable édicule. Un petit coin bien tranquille à l’abri des regards… 

« Monsieur, vous cherchez quelque chose ? ». Surpris je me retournais. Un cheminot à l’accent méridional venait de m’interpeller. « Non, en attendant mon train je visite les coulisses de la gare » répondis-je d’un air bravache avant d’avouer à voix basse : « En fait je cherche des toilettes, car celles de la gare sont fermées pour travaux et dans le TGV elles étaient inutilisables ». Compatissant, l’homme m’invita à le suivre dans les locaux réservés au personnel de la gare.

« Bouchez-vous le nez et ne regardez pas autour de vous ! » me conseilla-t-il. Il avait bien fait de me prévenir. Une odeur âcre d’urine emplissait les lieux où pourtant travaillaient des employés. Je me dirigeais en apnée vers une batterie de pissoirs. « Cà ne fonctionne pas bien, me lança-t-il un tantinet gêné. C’est un problème récurrent… Il faudrait en revenir aux toilettes à la turque ! ». Peut-être la solution en effet! Faute de pouvoir assurer un service de qualité aux voyageurs la SNCF devrait réfléchir à cette proposition. Mieux vaut, en effet, des commodités inconfortables qu’inutilisables !

2 comments on “SNCF : Quand les water sont… closed

Les commentaires sont clos