Verdun : la mobilisation des patriotes fait annuler le concert de rap

Comment ont-ils osé faire çà ? Qui a pu avoir l’idée d’inviter à la commémoration du centenaire de la sanglante bataille de Verdun un rappeur dont les textes expriment la haine ?Devant l’ampleur de la mobilisation des patriotes, la mairie a préféré annuler le concert prévu pour le 29 mai.

Depuis chacun se renvoie la balle. « C’est triste de voir à quel point on peut se dédouaner et rendre responsable la ville de Verdun» se lamente Samuel Hazard le maire socialiste qui rejette la responsabilité du choix de Black M sur l’Etat. « Ce n’est ni l’Etat, ni le gouvernement, ni le président de la République qui a fait le choix de tel ou tel chanteur » rétorque Jean-Marc Todeschini, le secrétaire d’Etat aux anciens combattants. Il semblerait en fait que le nom de ce chanteur controversé ait été proposé par la communauté de communes du grand Verdun et validé collégialement en avril dernier par un collectif comprenant le comité interministériel Verdun 2016, la mission du centenaire, l’Etat, le département, les collectivités locales. Un budget de 150 000 euros avait été prévu à cet effet. Tout a été annulé.

Pour expliquer sa décision la mairie de Verdun évoque un « risque fort de troubles à l’ordre public », « une polémique d’ampleur sans précédent » et fait état « d’appels insultants », de menaces physiques contre le maire et de très nombreux mails reçus en mairie.

C’est le 9 mai que le site identitaire fdesouche.com s’insurge contre le choix de ce rappeur en ressortant certains textes de ses chansons où il qualifie la France de « pays de Kouffars », un terme méprisant utilisé par les islamistes pour qualifier les mécréants. Black M, de son vrai nom Alpha Diallo a choisi son pseudo en référence au gangster Mesrine. A chacun ses références! S’il n’aime pas les Français, il n’aime pas non plus les homosexuels: « Je crois qu’il est grand temps que les pédés périssent » (On t’a humilié avec Sexion d’Assaut en 2010). Dans une autre de ses chansons c’est aux juifs qu’il s’en prend : « Les youpins s’éclatent et font des magasins ». Trop c’est trop  pour le Front national qui par la voix de ses élus Marion Maréchal-Le Pen et Stéphane Ravier demande l’annulation du concert. Florian Philippot, le numéro 2 du FN parle « de crachat contre un monument aux morts ». Les députés Républicains Nadine Morano et Hervé Mariton dénoncent également cette ignominie. Des éclésiastiques se joignent au concert de protestations comme Mgr Ginoux, évêque de Montauban qui s’étonne de cette « drôle de manière de rendre hommage à des soldats morts pour la France ».

Lâché par l’Etat

Après trois jours de polémique, le maire de Verdun lâché par l’Etat qui a renoncé à verser les 67 000 euros de sa participation doit jeter l’éponge. Il annule purement et simplement le concert prévu sous la pression de plus en plus forte qui s’exerce sur lui. Du côté des patriotes on se réjouit évidemment de cette décision. « Victoire !» s’exclame dans un tweet Marion Maréchal-Le Pen. Côté gouvernement on fait mine de s’indigner : « Je suis choqué, çà me fait peur ! » ose déclarer sur I télé Jean-Marc Todeschini. Pour le secrétaire d’Etat aux anciens combattants « c’est un premier pas vers le totalitarisme, vers le fascisme ». Rien que çà ! Des mots percutants à la mesure de la claque que le sous-ministre vient de se prendre en pleine figure. Il n’avait sans doute pas anticipé l’importance de la polémique que le choix de ce rappeur controversé allait déclencher. L’unité des patriotes a empêché que ce concert du centenaire de Verdun ne vire à la pantalonnade, au burlesque. Les poilus qui ont souffert et donné leur vie pour la patrie dans l’enfer de Verdun méritent un hommage à la hauteur de leur sacrifice. Que gloire leur soit rendue grâce à la légitime réaction de la France patriote. Honte à ce gouvernement d’incompétents !